step up!

Publié le par marie!

   
INT. Jour, mon-chez-moi
Personnages : Moi, un stepper mécanique, des gouttes de transpirations, des haltères
Problématique : Combien d'heures de sport nécessaires à éliminer ces années de Kinder Bueno?

    Attention, âmes sensibles s’abstenir. Aujourd’hui, j’ai fais…du sport. Là vous vous dites (surtout si vous faites partie de la majorité qui me connais en vrai) que c’est un gros mensonge, ou une grosse blague. Eh ben non, bande de mauvaises langues. J’ai fais du sport. Même que là j’écris en faisant les étirements avec mes jambes, pour pas que demain je sois coincée dans mon lit.
    Face à la démultiplication des cellules graisseuses et disgracieuses dans mon corps, j’ai pris la décision de ne plus compter (comme je le fais habituellement) sur une action de l’Esprit Saint pour éliminer tout ça. Parce que ça ne marche pas, même si ça serait bien pratique. J’ai donc pris mon destin et mes fesses en main, et je suis allée chez Go Torture, célèbre magasin de torture sport pour me trouver un stepper. Alors oui, ça y est, je les entends, les ‘n’importe quoi mais t’as qu’à aller courir dehors ou faire de la piscine ou faire du vélo’. Alors moi je vous réponds :
  • 1. Courir dehors, c’est nul, ça fait mal, t’es tout rouge et t’as l’air bête, et en plus tu fais profiter du spectacle de ton visage en décomposition à tout le monde. Avec le stepper, t’es toute seule et ça c’est bien.
  • 2. Faire de la piscine, c’est nul, t’as qu ‘à aller voir le papier La Vie Aquatique et tu comprendras le traumatisme. Mon psy essaye de rattraper ça, alors pour l’instant tu me brusques pas.
  • 3. Le vélo, ça fait mal au c*l. Alors pour faire le kilomètre de distance qui me sépare de l’école, OK. Pour aller au travail, OK, et encore. Mais pour le plaisir, ça, JAMAIS, tu m’entends, JAMAIS. Le stepper n’implique aucune notion de mal aux fesses, culotte qui rentre dedans, et ripage sur pédale qui entraîne la-dite pédale dans le tibia.
  •    
  • 4. Si tu as d’autres suggestions de sport pour remplacer le stepper  (poney, roller, danse rythmique et sportive, aviron ou saut en parachute ) essaye toujours mais je te promets pas que tu seras pas déçu.

    Je trouve un stepper, donc, pas cher et tout et tout,(on va pas payer pour se faire mal non plus, on est pas des bêtes). Et ce matin, fraîche comme un gardon, je me suis lancée dans 46 minutes de steppages (ça compte, la minute pour le ramener de la chambre au salon ?). Je me suis branchée sur ma chaîne télé préférée des matins de rien, celle où qu’il y a de la musique nulle mais qui mange pas de pain. Je suis montée sur le monstre, et j’ai steppé. Et steppé. Et steppé encore. Et toujours steppé. Au bout de deux heures, je me suis rendue compte avec effroi que ça ne faisait que 6minutes et 42 secondes que j’avais commencé. Je me dit que pour garder l’aspect rigolo des premiers instants, il fallait que j’agrémente l’exercice de quelques accessoires pour parfaire mon futur corps de sirène des mers. Je file dans la chambre emprunter des petits haltères à l’homme, qui lui sait depuis longtemps que c’est bien de prendre soin de son petit corps. Comme j’arrive pas à les soulever de par terre, j’enlève les poids (rôôh ça va, hein ! tu me moques pas !).
    Je ramène mes deux petites barres d’haltères (vache, même comme ça c’est encore lourd) et me relance dans mon steppage effréné, avec en image subliminale le maillot de bain Huit de mes rêves. Trois heures plus tard (alors que je remarque encore une fois étrangement que 10 minutes seulement se sont écoulées), j’abandonne l’idée des haltères parce que je sens quelque chose d’étrange dans mon dos. Je ne sais pas, ça…chatouille un peu, comme si ça descendais… Je continue donc juste avec mes jambes, et au bout d’une heure encore (d’accord, 2 minutes, c’est bon), la même sensation se produit sous mes bras et sur mon front. De quoi ? De la…transpiration ??! Bon, en tout cas ça coule un peu. J’aime pas, mais je me dis que c’est bon signe, je continue. J’essaye de varier la vitesse de l’effort en m’adaptant au rythme des musiques (sal*perie de ragga dance-hall), ai tout à fait conscience d’avoir l’air parfaitement con, là, dans mon salon, à couler du front, mais me dit que c’est toujours mieux que de faire ça en public, avec de la technodance-chais-pas-quoi en fond.
    Je persiste encore deux jours à ce rythme (45 minute en temps réel, mais qu’est-ce que la réalité quand on est perchée sur un stepper à couler même sur le dessus des mains ?? Je vous le demande !), et m’écroule sur le canapé à essayer de tirer sur mes muscles endoloris, histoire de me laisser bonne conscience quand demain matin je n’arriverai même pas à me soulever du lit.
   
    Ca va, tu t’es bien moqué ? On est bien d’accord que ça reste entre nous, tout ça, j’ai une image sociale moi, même quelques amis, d’accord ?
    J’arrête là, je prévois un bon quart d’heure pour rejoindre le douche. Et je me ferais bien un Macdo.
 

Publié dans blabla de fille

Commenter cet article

papa 01/04/2008 19:18

C'est très bien Marie, ne t'arrête plus.....

marie! 20/03/2008 12:40

Merci pour ces conseils de remise en forme, par contre je dois avouer que les pompes, ben chez moi ça marche pas (oui, je veux bien faire des efforts, mis il y a des objectifs qu'il est inutile de chercher à atteindre dans mon cas désespéré...) par contre la corde à sauter pourrait beaucoup m'amuser, mais en y repensant bien je doute que mes voisins du dessous comprennent l'aspect ludique de l'exercice...!
En tout cas merci pour le soutient psychologique...

Jérémy 18/03/2008 23:28

C'est a peine croyable, marie fait du sport mais que va t'il tomber du ciel ?!! Le plus important c'est la régularité; il vaut mieux en faire un peu tout les jours qu'en faire trop une fois par semaine et crois un ancien de la marine; on a pas encore fait mieux que les pompes et la corde a sauter question efficacité. Bonne suée!