L'auberge espagnole

Publié le par marie!

INT. Jour et nuit, le bonheur n’a pas d’heure ma bonne dame
Personnages : moi, mon amoureux, quantité d’Espagnols, partout, partout !
Problématique : ENFIN !


    Ca y est, enfin, halleluya, good lord, youpi, youplada, gloire et bonheur accompli, sueurs récompensées, here we go, wir kommen, on y va….Espagne, nous voilà !

    Après des mois et des mois de lutte acharnée, d’aller-retours incessants entre l’école la Présidence la boîte-à-papiers (pour comprendre la traumatisme dû à cette boîte, voir article précédent) le prof, l’autre prof, encore l’autre prof…Tout est réglé. Re-Halleluya. Bonheur. Après l’Angleterre qui n'est pas d’accord, Madrid qui est complet, Barcelone qui sait pas…(ce qui, vous en conviendrez, est très cruel de sa part après avoir révélé qu’elle possédait moult plages et donc, par la force des choses, une proximité fort intéressante avec la mer), enfin, notre départ est certain.

Parlons vite, parlons bien, parlons cinéma.

Situation d’équilibre de départ :
  • -La fille vit tranquillement à Nancy. Elle est côtente, elle a des amis, une école, quelquefois il fait beau, elle a quelques contacts pour le travail et un appoint monétaire salarial régulier.

Élément perturbateur :
  • -Malgré tous ces petits bonheurs -ma foi plutôt faciles, la fille voudrait voir autre chose. Elle à rien que des exemples autour d’elle de gens qui partent quelques temps et qui en reviennent grandis-épanouis-béats-enrichis. Elle se dit que woh, quand même, ça lui trotte dans la tête depuis longtemps  cette petite histoire de voyage et de découverte, tout ça, tout ça. Elle aussi veut partir, en plus elle voudrait bien rajouter l’espagnol-catalan à sa liste de capacités linguales encore bien trop courte.

Quête :
  • -connaissance, bonheur, aventure, bourse d’aide de la région, ablation du mémoire l’année prochaine.

Péripéties :
  • - La fille fait ses demandes et lettres de motivations quasi-compulsivement, les yeux mouillés d’espoir.
  • - La fille devient parfois un peu folle d’angoisse, quand viennent les réunions de futurs Erasmus, ou tous ces étudiants avides de voyages viennent avouer leurs angoisses avec les mêmes yeux plein d’espoir que les siens. Elle crie un peu. Peut-être que des fois elle pleure.
  • - Elle harcèle avec son amoureux la madame qui s’occupe de ça dans son école. Elle se dit que peut-être si elle voit leurs têtes plusieurs fois par jour pendant plusieurs semaines d’affilé, elle écrira en une sorte de réflexe automatique leurs noms sur les premières fiches qui partent pour être choisies là-bas, en Espagne.
  • - Comme visiblement ça fonctionne, elle attend chez elle.
  • - Elle attend.
  • - Elle attend.
  • - Elle attend.
  • - Elle attend.
  • - …Elle attend.
  • -    Elle apprend qu’ elle et son amoureux sont finalement prit dans cette fabuleuse Universitat Internacional de Catalunya, où la mer est bleue et les cours intéressants (youpi !), mais qu’en contrepartie elle ne pourra choisir aucun de ces cours passionnants, et devra rendre un mémoire de 100 pages (encore ?!) sur un thème de communication. (yeeerk…). La fille se permet de vous rappeller qu’elle ne fait pas de communication, mais du cinéma.
  • - Les hésitations fort légitimes auxquelles la fille est confrontée la font douter. Qui voudrait d’un diplôme qui, après 5 années d’études, ne correspond pas au dur labeur réalisé toutes ces années ? La fille pleure un peu.
  • - Elle retourne voir tout un tas de professeurs et de sites Internet divers et variés, puis se décide à aller mendier quelques cours pratiques pour remplacer son année à venir emplie de cours théoriques et de mémoires déprimants.

Dénouement :
  • - Après être passée sous le bureau (je plaisante, bien sûr. Vous le savez, que je plaisante, hein ?), la fille et son amoureux  arrivent après d’âpres négociations à interchanger ces éléments pénibles contre d’autres plus intéressants, et une promesse revigorante de ne pas avoir à écrire une seule ligne d’un quelconque mémoire. La fille est contente. Elle danse un peu dans le couloir des professeurs, mais arrête quand son amoureux lui fait remarquer que les salles sont vitrées.


Conclusion, happy end, ce que vous voulez :
  • -Il ne reste à la fille qu’à remplir des papiers pénibles pour avoir des sous de la région, et remplir des questionnaires pour que les espagnols voient combien elle est toute nulle en leur langue exotique.
  • -Il lui faudra ensuite trouver un logement là-bas. Difficile puisqu'elle ne comprend pas tout. Exemple de son désarroi : 

DISPONIBLE A PARTIR DE HOY MISMOOOOOOOOOOOOO!!!!!!!!!!!!!!!!!

Alquilo una habitación en el barrio de sants, con balcón propio, cama de matrimonio, mueblada y espaciosa y con vistas a un paseo y muy soleado.

 En principio buscamos un chico. Precio final seria 400 euros por persona. Pido un mes de fianza.

En el piso somos todos chicos, buscamos buen ambiente.

Para más información os podeis poner en contacto conmigo. La dirección es Calle de Súria, número 2-4 (Barcelona). Buen comunicado

Albert.


Huhuuum. C'était un monsieur de l'espagne. (Je signale qu'aucun point d'exclamation n'a été ajouté lors du copicollé.)
  • -Enfin, il restera surtout à la fille à terminer son mémoire pour dans une grosse dizaine de jours.

Quoi, QUOI ?
 
Qui a dit que c’est pas possible, 50 pages en 10 jours ?


Publié dans marie va en Exotie

Commenter cet article

Vanessa ne se plaint pas 20/06/2008 03:01

J'ai fait 60 pages en 4 jours, tu peux le faire!

Alors tu pars en Espagne? Tu en reviendras grandie-épanouie-béate de bonheur, j'en suis sûre. Même moi j'en suis revenue. Oui revenue tout court. C'est déjà bien : le jungle lifestyle c'est pas sécurisant tous les jours j'te ferais remarquer!

marie! 20/06/2008 12:07


Toutes mes félicitations, Vanessa, j'avoue avoir encore du mal à m'imaginer finir cet objet de torture mais tu m'offres là une lueur d'espoir. Je pleurerai peut-être moins ce soir grâce à toi.
Et si j'arrive à boucler tout ça, oui, je m'en vais en espagne vivre en tong entourée de danseurs de flamenco qui me serviront des cocktails goûteux en éventant mon corps encore tout collé de sels
marins (dûs à ma baignade, juste avant).
Enfin je crois que ça se passera comme ça. J'espère. Faites que ça se passe comme ça!!


sebastanov 09/06/2008 17:37

C'est faisable, 25 pages en 2 jours avec un partiel au milieux, la recompense etait 3 jours de poudreuse. Je pense que barcelona peut etre un motif suffisant a l'accomplissement de ta tâche. Bon courage tout de meme...

Clem 09/06/2008 08:54

Salut Marie, alors pour ton mémoire et les 50 pages qui restent, oublies, c'est mort. mais ce n'est pas grave, car comme tout travail de plus de 2 pages, il sera juste survolé en quelques minutes par un prof qui te mettra la moyenne avant de l'archiver (oui je suis cruel le matin...)...

ahah bon plus sérieusement c'est jouable, il m'est arrivé de faire 30 pages en une nuit (souvenir de la fabuleuse époque ou l'on travaillais sur disquette et que la seule copie de mon rapport de stage est restée coincée dans le lecteur...). Merci M. USB...

Félicitation pour l'espagne en tout... j'y serai jusqu'a fin août, on s'y croisera peut être???

et bon courage pour ce mémoire...

Mathy 07/06/2008 18:46

50 pages en 10 jours, 5 pages par jour, avec les brouillons étou étou... ouuuuuuh, ouais courage! :)