Dans la peau de John Malkovitch

Publié le par marie!

EXT. Jour, la ville  
Personnages : Moi (et c'est déjà ça)
Problématique : Sans mémoire dans ta vie, tu revis. Si.


    T'as fait des reportages sur les Eurockéennes, et c'était vraiment chouette. Tu ne t'étais pas rendu compte combien le gros son des enceintes avait pu te manquer, et tu jubiles encore rien qu'à penser que t'as vu The Offspring se planter en concert sur au moins deux intros, et que leur ingé son devait quand même être sacrément bourré pour avoir changé aussi souvent de fréquence. Des fois quand tu t'ennuies tu penses à la coiffure de playmobile du chanteur et ça te fait rigoler. Mais, mauvaise langue que tu es, tu reconnais tout de même que c'était drôlement sympa d'avoir l'impression de retrouver tes 15 ans en réécoutant Get a Job. Et que t'as quand même bien secoué tes cheveux.
    Tu as aussi vu le meilleur concert de Ben Harper de toute ta petite vie, comme ça, sous les étoiles. T'avais l'impression de voler, et que les 30000 autres personnes volaient aussi, en même temps que toi. T'as (beaucoup) couru après des dizaines de managers, interviewé pleins de petits groupes, et même que t'es montée dans un tour bus pour discuter culture française, French Fries et perception de l'Amérique. " Aîe cane not bilive dat améwicane pipole are so mal vus ine france waîle wii are éveuridaî iting macdo. Dère iz no riizone tou aiîte améwica, maiîbi bush beute for ze reste, no riizone, rillii". Hautement philosophique. Dingue. Non mais tu as parlé de choses interressantes quand même, hein.
    Tu repenses en glougloutant au feu d'artifice ri-di-cule qu'ils ont collé sur la chanson de clôture du festival. C'était pas un feu d'artifice, c'était un tout petit tir d'artifice qui a fait pshhhhhhh *pet* au dessus d'un Moby, bras en croix, concluant son très bon concert.
    T'as aussi croisé un ami, deux fois dans la même journée. La première fois, vous avez discuté, il faisait jour et vous veniez d'arriver. La deuxième fois il faisait nuit, très nuit, et vous avez vachement moins discuté, parce que l'ami, il avait l'oeil vitreux et toutes les bouteilles dans son sac elles étaient vides. Il te les a montré une par une en disant " aaAAaaah ben non, hin, hin, là y'a plus non pu, hin". (oui, ça va te poursuivre Cl., je classe ça dans "dossier drôle à ressortir si on me moque encore". Exactement.)

   De retour sur terre, à Nancy, tu as décidé de te remettre à écouter de la musique, et d'arrêter de faire que l'entendre dans tes écouteurs pour passer le temps des trajets. Alors t'as tout sélectionné ce que tu voulais vraiment écouter. Ce qui fait qu'aujourd'hui, tu as eu des frissons jusque sur le front en écoutant (vraiment) Rage Against the Machine sur la place Stanislas avant d'aller bosser. La veille, d'ailleurs, tu as dansé dans la rue en réécoutant (vraiment) Are you gonna be my girl, de Jet. C'était chouette mais après tu as eu du mal à monter les escaliers de chez toi, ça a tout fait remonter les effets du monaco (quoi, ben ça va, oui, je ne tiens pas l'alcool, même pas le monaco! Quoi, que de la limonade? Roooh ça va hein).
   
    Tu t'énerves plusieurs fois par jours pour des choses futiles, ce qui contraste clairement avec tes envies de suicide au cordon d'alimentation de l'époque lointaine où tu écrivais un mémoire. Comme par exemple tes cheveux, dont la forme oscille doucement, ça dépend du vent, entre un champignon et Tahiti Bob. C'est selon.
    Tu manoeuvres aussi de façon hautement machiavélique pour que ton nouveau collègue te ramène du travail sur sa grosse moto le soir. C'est sûr, le casque qu'on te prête est affublé d'un gros Taz et est un tout petit peu jaune fluo. Ton collègue en le voyant a d'ailleurs refusé catégoriquement de te laisser monter à l'arrière ("Arrête, tu me fais honte, c'est pas possible ce casque!"). Mais comme tu es hautement machiavélique, il a fini par vous ramener quand même, toi et Taz. On s'en fiche il fait nuit, après tout. Bref tu rentres en moto, tes yeux coulent avec le vent, tu ressembles définitivement à Tahiti Bob en enlevant le casque, et comme tu as gardé ton âme d'enfant, tu glousses avec ta voix grave en remontant chez toi. KrrKrrKrrrmmhéhéhéé.
    Et en parlant de ton âme d'enfant, tu as réalisé récemment que peut être quand même elle était trop développée pour tes 23 ans quand, au Shopi du coin, tu t'es surprise à lâcher (à haute voix) un MMMMHHH retentissant en passant devant les Kinder Bueno.

    Tu vas bien, en fait. Tu vas très bien.

Commenter cet article