la barrière de la langue, part. one

Publié le par marie!

Je suis balade. Bais ça va aller, c'est juste l'air conditionné que mon corps rejette de toutes ses petites globules blanches. Et aussi FORCEMENT parce que pour l'instant je n'ai pas d'assurance maladie, et que c'est TOUJOURS dans ces moments qu'on tombe balade.

Et aussi parce qu'entre le rayon yaourt du carrefour (oui, bonjour le dépaysement, j'habite à côté d'un carrefour) et le rayon chocolat, y'a 25° de différence. Et vous savez sûrement le temps que je peux passer devant ces rayons. Bref.

Je commence aussi à déséspérer de ne rien comprendre en espagnol. C'est terriblement frustrant. J'ai constament l'impression (souvent confirmée) d'être -au choix- handicapée mentale OU agée de 4 ans et demi. Mes conversations sont limitées à 2,75 phrases, dont une expression que j'utilise 47 fois par jour : Claro qué si. Super.

Donc, aujourd'hui, je suis d'une humeur de papier toilette. J'ai envie de crier des choses vulgaires et insensées comme MAIS B***EL DE M**DE VOUS POUVEZ PAS PARLER FRANCAIS COMME TOUT LE MONDE??? Mais je réalise vite que cela n'a aucun sens, j'avais qu'à rester en France pour ça. Je m'autorise donc un quotat d'un jour de dépression profonde par semaine, et comme la semaine passée je n'en ai pas faite, j'en prends deux cette semaine.

Point positif, a y est, j'assume mes orteils. Comme j'ai grandi dans une région où les orteils ne sont de sortie que 6 jours par ans, j'avoue avoir eu du mal à m'habituer à la sandalette. Mais ça y est. Je n'ai plus l'impression que les rames entières de métro ont l'oeil fixé sur mes doigts de pieds.

(oui, parce que j'ai une légère obsession des doigts de pieds. Je suis comme choquée à longueur de journée ici. Déjà qu'à nancy, dès qu'il y en avait de sortie, je ne pouvais pas m'empêcher des les fixer, je vous raconte pas comme mes journées sont remplies ici. Je pensais juste que tout le monde faisait comme moi. )


Pour prouver ma réconciliation en devenir avec les objets de toutes mes angoisses, une photo urbano-biolo-physiologique de mes pieds ensandalettés dans le patio.



Ou pas.

Mes pieds sur Internet, ça jamais, tu m'entends? JA-MAIS.



Publié dans marie va en Exotie

Commenter cet article

mèèèwie 12/09/2008 16:31

Meeeuh non Julie les tiens je les connais, ils font partie de la famille! =)
Mais là, y'en a tellement...et je les connais pas, eux, tu comprends.

julie 12/09/2008 15:59

Eh dis donc j'espère que tu ne regardais pas mes doigts de pieds parce que je les sort des que je peux mais je les déteste!!!