la merveilleuse aventure du développement linguistique

Publié le par marie!

J'ai ce semestre un cours très intéressant (bien que son intérêt baisse dû à sa localisation ingrate dans mon emploi du temps, à savoir 8 heures du matin) sur les programmes infantiles. Comment qu'on fait des émissions qui font rire les bébés, tout en faisant de l'argent au producteur, sans toutefois détruire leur éducation naissante en utilisant des mots interdits. On nous apprend des tas de choses et d'expériences faites sur les enfants. Vraiment, c'est amusant, regardez : des chercheurs ont enfermés des petits nenfants dans une pièce où était diffusée la vidéo d'un enfant à peine plus âgé tabassant sa peluche. Ils voulaient voir comment que les nenfants allaient réagir. Ben ça a pas loupé, dès qu'ils les ont libérés, ils sont allé taper des peluches. C'est bête, quand même, un nenfant.

Bref.

Du coup, dans les programmes infantiles, vous l'aurez compris, jamais plus il ne sera question de taper une peluche.

Mais on apprend, au-delà de toutes ces bonnes idées d'expériences, d'autres choses très intéressantes sur comment ça marche un marmot.

Entre autre, -grande nouveauté-, que les enfants sont des grosses éponges. Ils ont pas l'air, comme ça, peinant à rester assis sur le canapé, hurlant qu'ils veulent (pour la 5732ème fois) voir Dora l'Exploratrice. Mais ils apprennent, ils enregistrent, ils impriment dans leur petites têtes.

D'où le sujet du jour (suivant l'introduction la plus longue du monde, certes) : je suis, en ce moment, un marmot de 4 ou 5 ans.

Je sais, je sais, je disais déjà ça en arrivant en Exotie. Mais que nenni, je me trompais. A cette époque j'avais à peine quelques mois!

Maintenant j'ai quatre ans.

JE PARLE!


Oui, je parle, et chaque jour m'apporte son lot de découverte linguistiques palpitantes et passionnantes. Par exemple aujourd'hui, j'ai appris le mot "dueno". HA! (Par contre vous m'excuserez, je ne sais pas encore comment ça s'écrit correc').

Chaque jour, à force de discussions avec les autochtones de mon entourage, j'apprends. Un mot par-ci, un mot par-là.

Comme un mioche, je suis extrêmement pénible, aussi. Parce que quand j'ai chopé un nouveau mot sympa, je le place en "Mot de la Semaine", et je me fais des auto-concours à arriver à le placer le plus souvent possible, dans son contexte, dans la journée.

Exemples de mots des semaines passées :
  • claro que si! (c'est claiiiir...) Le premier. J'en suis toute émue rien que d'y penser. Quel que soit ce que l'on me disait, je laissais passer quelques secondes de réflexion, puis, fière, je lançais mon Mot de la Semaine.
  • haces un pipi? (tu fais pipi?)Hy-per dur à placer dans une conversation d'adulte. J'en avais un autre, plus vulgaire, mais on m'a dit que les filles ne devaient pas dire ça. Ah... Bon tant pis alors.
  • tengo ambre, tio! (j'ai faim!)Celui-ci est vital. Ce n'est d'ailleurs pas un Mot de la Semaine, c'est le Mot de l'Année.
  • a mi me da igual...(moi je m'en fiche...) De la même trempe que "Claro que si", celui-ci se glisse partout. En plus il est drôle à dire. C'est presque mon préféré.
  • me parece que si, (il me semble que oui) A dire avec un air penseur et intrigué dès qu'on a pas l'ombre d'une idée de ce que le monsieur en face vient de nous dire. 

J'assume complètement ces enfantillages, puisqu'on est dans le sujet. Je ne reçois, en général, que quelques regards réprobateurs au bout du 5ème "tu fais pipi?" de la soirée. J'ai des amis compatissants. Et encore, je ne mettrai pas ici les autres expressions, celles qui ne sont pas passées par le contrôle parental comme à la télé.

Chaque jour qui passe, comme un enfant devant "Dora l'Exploratrice part au Mexique", je me gave de nouveautés, presque sans m'en rendre compte. Par contre je fais quand même des trucs vachement plus sympa qu'un  enfant pendant que j'apprends.  Faudrait voir à pas déconner, on apprend pas des mots aussi cool et drôles à répéter que Joder et Foyar et Porro en regardant Dora l'exploratrice à la télé.

Sur ce, je vais me coucher. C'est que j'ai école à 8 heures moi, demain.

Publié dans marie va en Exotie

Commenter cet article