La fin des études, le début de quoi au juste ?

Publié le par marie!

Oui parce que là, tout de suite, techniquement parlant, je ne poserai plus mes fesses dans une salle de classe. Techniquement parlant, parce qu’on ne sait jamais, personne n’est à l’abri d’une décision inconsidérée visant à réintroduire une faculté dans la perspective suicidaire de la rédaction d’un nouveau mémoire

Mais tout de même, une question se pose. Est-ce qu’il faut être adulte après ?

Adulte : « personne parvenue à sa maturité psychologique et intellectuelle »

Exemple dans son contexte selon ptidico.com (on fait avec ce qu’on a sous la main, ça va hein)

–cet enfant a beau être très jeune, c’est déjà un adulte-

Quoi qu’il en soit point il n’est question de finir ses études ou non. Si l’on considère Ptidico.com comme une référence, me voilà rassurée.

Cependant finir ses études veut aussi dire être obligé de faire un minimum de choses d’adultes comme aller à l’ANPE, aux Assedics, ou avoir du vrai travail, payer des vraies assurances, tout ça. Obligé.

Et non, la MGEL ne s’en occupe visiblement pas, la saleté.

Cependant bis, il semble être possible de mélanger tout ça avec une attitude plus juvénile.
Une seconde question se pose donc :

Est-ce que refuser de grandir est pathétique ?

Parce que certes, je ne suis pas très âgée, mais y’a 60 ans, j’en serai déjà à ma 10ème année d’adultie là.
Je reformule donc :

À partir de quel âge refuser de grandir devient pathétique ?

Moi je suis quelqu’un d’optimiste, je dis jamais. Ou plutôt je dis que ça dépend du contexte. Ca dépends probablement aussi de la quantité de regards désabusé que d’aucun poseront sur l’adulte régressif. Parce qu’être une enfant à 25 ans, quand on est entourée d’autres enfants de 25 à 30 ans, ça va. Mais une fois qu’on se retrouve face à des adultes de 20 ans, voire pire à des adultes de 8 ans (ça existe, et ça fend le cœur), on se sent pathétique, forcément.

Finalement la plus grande performance est de rester un enfant au milieu d’adultes sans que cela n’affecte votre vie sociale.

Cf : il est con lui ou quoi ?!

Parce que rester un enfant en ne s’entourant que d’enfants, ça limite vaguement les ouvertures possibles. Même un grand gamin aime bien les changements.

Une solution, la "capsule temporelle". Sur le site Mortified, dans la veine des autres Postsecret et VDM, il y a une lettre édifiante. Le principe du site, c’est de poster anonymement des histoires, des lettres, des poèmes qu’on a écrit dans sa folle jeunesse pour montrer comment c’était trop la honte.
Majoritairement ça ressemble à Brenda qui écrit une lettre déchirante d’amour à Steven, qui est en fait déjà avec Karen, qui pour se venger affiche la lettre à toute la classe.
Et au milieu de toutes ces histoires, y’a un gars qui poste la lettre qu’il s’est écrite à lui même à 10 ans, pour quand il en aurait 18 ou 20. Rien de psychologique, de profond, juste des bêtises comme « est-ce que Mike est toujours gros ? Est-ce que tu as réussi à sortir avec Britney ? est-ce que Stefen est toujours aussi débile, et si oui, est-ce que tu ne le vois toujours que pour te moquer de lui ? » Et je regrette de ne pas m’être écrit de lettre. Parce que ça montre exactement comment on était.

Et ça démontre aussi cruellement à quelle distance on est de ce qu’on aurait voulu devenir.

(Parce que tout le monde n’est pas rock star, princesse, vétérinaire, éleveur de dragon, testeuse de bonbon )
(je sais, c’est cruel)
(pas de ma faute si personne ne répond à mes lettres de motivation dans les confiseries)
(pourtant mon CV est long, point de vue bonbons)

Publié dans états d'âme...

Commenter cet article

Tata Pierrette 25/09/2009 17:08


Rester une enfant tout en continuant à grandir n'est pas pathétique, à la seule et unique condition que tu ne te fasses pas de couettes, que tu abandonnes les socquettes et que tu ne tripotes pas
de petits garçons à Neverland.
Finalement il n'y avait pas une seule et unique condition...


sebastanov 10/09/2009 10:41

Une pensée m'est venue. Quoi que tu fasses quand tu arretes les études,tu ne changeras plus de classe en septembre. Toute ta vie en septembre tu changeais de classe (sauf leger contre temps). Un jour c'est fini, et que tu sois rock star ou vendeur de bonbon, ben tu continueras a l'etre Septembre d'apres. Avec ce point de vue, la vie d'une Rock Star n'est pas plus enviable que n'importe laquelle. J'imagine meme que t'as plein de temps a te faire chi** dans ton bus en tournée pour penser au temps qui passe... zut