M6, Stéphane Plaza et végétarianisme

Publié le par marie!

miam.jpg

Aujourd'hui, en regardant la télé, je suis tombée sur une émission M6. J'ai une excuse, c'est le genre de choses qu'on regarde le dimanche (et comment ça on est pas dimanche?)

Il s'agissait d'une sombre histoire de gens vrais et normaux, qui vivent dans des vraies maisons et on des vraies vies, et qui sont des experts en quelque chose. Avec un Stéphane Plaza survolté, qui ne vend pas de maison pour une fois. Voyez-vous ça.

C'était bien ma veine, aujourd'hui, ces vrais gens normaux étaient experts en nourriture, en manger, en repas gargantuesques et en ingrédients secrets. Et tout le monde sait qu'avoir manger un demi-quintal de bonbons au préalable n'empêche pas l'efficacité d'une émission culinaire : j'ai salivé. Beaucoup. Surtout au moment clé des fondants au chocolat et des petits carrés céréales-guimauve, on ne se refait pas. 

Par contre, là où j'ai vachement moins salivé, c'est pendant les petits reportages en marge de l'émission. Dont un qui expliquait clairement que les insectes, c'est plein de protéines, et que c'était une très bonne raison pour les décliner en pizzas, amuse-gueules et dessert au chocolat.

 

Déjà, yeurk quoi. Yeurk yeurk yeurk.

 

Déjà que je ne peux pas manger de sardines sans les vider entièrement et gratter tout autour, je me vois mal  m'enfiler des blattes grillées. Mais là n'est pas le débat. Il n'est pas non plus situé dans les alentours du "y'a des tas de cultures qui en mangent tous les jours".

 

Dans ma tête, le débat à commencé exactement au moment où un mec à enfourné une pizza recouverte de larves vivantes, et qu'on les voyait se tortiller dans tout les sens à travers de la porte vitrée. Bon appétit!

 

Au delà de l'aspect complètement repoussant de ces larves pour nous-autres pauvres occidentaux cantonnés, dans ce style, aux escargots (deuxième gros yeurk pour ma part, cela dit), je trouve ça assez révoltant. 

 

Parce que je suis intimement convaincu que l'homme n'a besoin d'aucune source de nourriture animale. Ca a été prouvé, approuvé, assuré, que se soit pour des vaches comme pour des coléoptères d'ailleurs.

 

Donc légèrement choquée je suis, par l'Homme qui mange tout ce qui lui passe sous la main sous réserve de "c'est plein de protéines".

 

Je ne suis pas végétarienne. Parce que je n'ai aucune volonté, que se soit clair, et parce que quand j'essaie, le moindre paté me fait oublier tous mes beaux principes sans même que je ne m'en rende compte. Mais j'ai tout à fait conscience que les larves qui se tortillent en grillant ne subissent pas un sort plus cruel que les vaches, moutons et Cie à l'abattoir. Alors je m'interroge, 'voyez. 

 

Je m'interroge, entre autre, sur le pourquoi du comment on arrive, à la télé, à encourager les gens à bouffer de la sauterelle en apéro, puis à cuisiner du pied de porc entre copains, puis à montrer à ses enfants comment plumer un pigeon, le tout sur fond de "ah, ça c'est de la bonne cuisine française!". Mouais.

 

Déjà qu'on nous fourvoie avec les conneries sur les 3 produits laitiers par jour (à quand le "pour votre santé, mangez 5 à 10 plats à base d'abats par semaine"? Je pense qu'on y viendra, visiblement ce plat récession-friendly à la grande cote dans les cuisines).

 

Voilà, aujourd'hui, grâce à M6, je ne suis que perplexité. Et je vais devenir végétarienne tiens.

 

Ou alors je vais croiser une tartine de pâté, je sais pas.

Publié dans états d'âme...

Commenter cet article