Nancy Jazz Pulsations 2010

Publié le par marie!

(Petite introduction tout d'abord, les gens :

 

Je suis fière de vous!

 

J'ai vu que plusieurs personnes étaient arrivées ici en tapant "Bryan Greenberg".

 

Émue je suis, j'ai toujours su que nous avions des tas de points communs!

Pis ça change agréablement des 10 paumés qui, par un intéressant jeu de hasard, atterrissent ici après avoir Googelisé des mots que mon éducation m'interdit de répéter ici.)

 

 

 

Mais revenons-en au but premier de cet article.

 

Vous allez vivre avec moi, pendant 10 jours, le festival Nancy Jazz Pulsations. Tous les jours, gentille (et surtout très optimiste) que je suis, je vais vous pondre un "billet d'humeur" après avoir arpenté pendant des heures les salles de concerts, bars VIP et autres files d'attentes. Je serai avec mes  copains et collègues de Factcréation (avec qui je sévis depuis quelques années déjà) et Diaf, qui eux vous pondront chaque jour des vidéos de fort belle facture, entre concert privé et live report. 

 

Le pourquoi du comment de cette idée qu'elle est bonne et fort intéressante??

 

Mon billet d'humeur sera publié chaque jour dans la Newsletter du site des NJP, et vous pourrez aller voir la vidéo faite par notre petite équipe sur la page des NJP Live.

 

Ambiance "toi aussi, fais les NJP depuis chez toi!" assurée.

 

Si vous n'avez pas la chance d'être Nancéen du 6 au 16 octobre (ou d'être pourvu d'un compte en banque assez conséquent pour vous permettre d'aller assister à 10 jours de concerts) (les deux excuses sont valables, personne ne vous en voudra), ça se passera donc ici!

 

Pour fêter ça, hop une nouvelle catégorie dans le blog (nommée avec perspicacité Nancy Jazz Pulsations 2010) pour que vous puissiez tout retrouver même après des mois et des années, et ô miracle! l'assurance d'avoir un article par jour pendant 10 jours. Je sais, c'est un peu comme Noêl.

 

Par contre après, si on ne se voit plus, c'est que je serai morte dans l'exercice de mes fonctions. Ça serait dommage, mais il faut ce qu'il faut ma bonne dame!

Commenter cet article