the end, attention vidéo-droping éhonté

Publié le par marie!

njp-photos-persos 0576

njp-photos-persos 0732

njp-photos-persos 0583

njp-photos-persos 0692

njp-photos-persos 0583

njp-photos-persos 0690

njp-photos-persos 0735

njp-photos-persos 0769

njp-photos-persos 0819

njp-photos-persos 0773

njp-photos-persos 0820

njp-photos-persos 0832

njp-photos-persos 0670

njp-photos-persos 0630

njp-photos-persos 0643

njp-photos-persos 0635

 

 

Les photos Iphone pourries d'abord, avec effet Lomo-t'as-vu pour faire genre. Et pour completer, on court voir les siouperbes vidéos!

 

*Hey hey My My

*Dialect music

*Shaolin temple defenders

*Filiamosta

*Black Box Revelation

*Madame Victoire

*Andreas & Nicolas

*Le Nancy Jazz Poursuite (featuring moi, dingue!)

*Soirée Punk Rock Autour de Wilko à l'Autre canal

*John Butler Trio

*Mountain Men (à venir)

*Soirée Rock à l'Autre Canal

*Shout Out Loud

*Apéro jazz

 

Ce que je vais retenir de ces 10 jours? certains artistes ont besoin d'auto-tune (toi aussi, joue a deviner avec qui nous avons dû tricher!). Ca arrive donc à tout le monde de galérer.

 

Certains artistes (peut-être les même, huum...) prennent toujours un pied de malade sur scène à jouer ensemble. Z'avez qu'à regarder la vidéo Ramdam des John Butler trio, et le sourire énorme du bassiste et du batteur. Sur scène, c'était la même. Comme s'ils n'en revenaient toujours pas d'être là, en tournée mondiale, avec des filles histériques qui connaissent toutes leurs paroles au premier rang.

 

Je veux que les Mountain Men deviennent mes copains (je les mettrai dans mon salon à côté des danseurs de Ben l'Oncle Soul). Assurément la plus jolie rencontre du NJP. Je ne me remets pas de la sympathie dégagée par ces gars, ni de la voix de dingue du chanteur. Ca fait 4 jours que j'ai leur chanson en tête non-stop, et ça ne me saoule toujours pas.

 

Je suis allée en prison (DEDANS la prison, ouf, je sais) pour aller les filmer, et ça s'est carrément bien passé. Même pas peur. Impressionée, mais relativement à l'aise malgré les barbelés, milliards de portes et de grilles et compagnie.C'était assez fascinant de se rendre compte de tous les clichés qu'on a sur le milieu carcéral et les prisonniers. Même sans avoir jamais mis les pieds dedans auparavant, c'est comme si tout était prévisible. Les différents types de personnes, leur façon de se comporter... A peu près tout a déjà été montré au cinéma. Vous savez, le coup des prisonniers qui tapent contre les barreaux de leur cellule en hurlant quand une fille passe dans la cour? Ben c'est vrai. Et ça fait bizarre.

 

J'ai honteusement loupé Marcus Miller et Seu Jorge. GROSSE frustration de bosser dans un festival : c'est impossible de tout voir, et en général, c'est à peu près toujours ces choses que l'on veut absolument voir qui passent à la trappe. Si tu as de la chance, tu arrives à voir environ une ou deux chanson par set, et là manque de pot, rien. Nada. Frustration, donc.

 

Bonus track : En tant que bénévole sur ce festival, j'avais accès au catering. L'endroit où tout le monde va manger, sorte de cantine Deluxe où tu peux avoir la chance de partager une saucisse de Belfort avec les artistes du jour. Très mauvaise idée dans mon cas. Avoir la faculté impressionante de me servir de mes mains comme si je portais constament des gants de boxes ne m'aide PAS à avoir l'air intelligente et professionnelle. Petite pensée émue à ces artistes qui m'ont vue projeter mes petits pois hors de mon assiette en coupant mon steack, ou renverser ma choucroute sur mes genoux en voulant récuperer un bout de lard. Et mention spéciale à la choriste de Alpha Blondy qui m'a regardée ramasser tout le sel que j'avais renversé sur sa table avec un sourire gêné.

 

 

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article

mariposa/couette 30/05/2011 23:36


Très divers et vraiment on ne s'ennuie pas ici.
bonne nuit
bise