easy riders (yeah)

Publié le par marie!



De l'habitude des journées de rien quand pléthore de choses restent à faire.


    Quand toute la semaine tu as travaillé, 10 heures par jour, et que ton poignet te crie dessus pour que tu arrêtes de le bouger.
    Quand arrive le samedi matin que tu as âprement négocié pour le transformer en jour fermé, mais que quand même tu te réveilles super tôt parce que ton corps est tout habitué.
    Quand tu te traînes mollement entre ta salle de bain et ton canapé avec l'impression ô combien désagréable qu'on est dimanche (alors qu'en fait non, dans 4 heures il faudra retourner travailler).
    Quand, pour tourner le couteau dans la plaie, tu ne fais que des choses de dimanche, comme traîner avant de te préparer, manger tes croustichoc en deux heures et regarder les programmes affligeants de l'été.
    Quand tu farfouilles, comme un dimanche, dans tout ton tas de blog BD, parfois deux fois le même pour voir si par hasard personne n'a posté plusieurs fois en une journée.
   Quand tu regardes 3 fois ta boîte mail pour vérifier et que tout ce qu'on t'as proposé c'est de devenir Agent comptable, un métier d'avenir et de passionné.
    Quand ton ventre crie famine mais que t'as trop la flemme pour te lever et manger.
    Quand tu t'ennuie alors que tu devrais sérieusement en profiter, de ce samedi presque fermé.
    Quand, à force de tous les jours passer devant, tu as envie de t'assoir et boire un café à cette terrasse où ils ont mis des gros fauteuils en rotins et coussins moelleux, mais que comme tu traînes encore tu vas pouvoir oublier.
   Quand tu passes une journée de rien, comme ça, en tournant dans ta tête les faits contraignants comme la nécessiter de VITE faire tes papiers de résiliation, parce que quand même, tu pars en Exotie proche dans un mois...

Tu fais un papier bête.

Le voilà.

TRAITE DU PORT DU CASQUE JAUNE "TAZ" EN VILLE


Si, j'ose.

OU Comment garder sa dignité en compensant le ridicule par des habits appropriés.

    Parce que tant que ça ne nous tombe pas dessus, on y réfléchit pas. Jamais je ne m'étais réveillée, un matin, en me disant "mais comment je m'habillerais, moi, si je devais porter un casque jaune Taz au bras?". Non non, jamais.     Et un jour, je me suis retrouvée avec ledit casque jaune sous le bras pour aller travailler. J'ai compris mon erreur dès lors que je l'ai pris et que j'ai croisé un miroir.

Le casque jaune, déjà, ça fait con.

Le taz, là-derrière, c'est encore pire.

Non pas que ça ai de l'importance, soyons sérieux, on s'en tamponne. Mais quand même.

    En cas de casque jaune à Taz (que ça compte tout pareil avec les bleus à Titi, les noirs à flammes rouges et jaunes, les gris à aigle métallisé, les noirs à Johnny...), chaque détail vestimentaire compte.

Exemple : si comme moi ton travail t'amène à te déverser des litres de bières sur les pieds, à saupoudrer le tout d'amandes et de chocolat chaud, puis à rincer avec du kir cassis, tu te dois de mettre de vielles chaussures. Des baskets-patates plus précisément, parce que le chocolat, ça ne conserve pas, comme ça on le saura. Celle qui arrive à travailler derrière un bar en escarpins ou en ballerines sans les ruiner/s'ébouillanter les pieds n'existe pas. Ou alors, déjà, c'est pas moi.
Je possède donc une paire de basket-patate, spécialement dédiée à mon travail. Elles sont brunes, elles sont moches, elles n'ont plus de semelle et plus aucune dignité. Elles sont patates.

Association Basket-patate / casque Taz = effet punkàchien de derrière la gare.

Ce qui, vous en conviendrez, ne correspond pas du tout à la jeune fille de bonne famille que je suis.

Exemple encore : Si comme moi, des fois, tu en as marre de faire des lessives parce que tu t'enduis de chocolat chaud et de kir cassis et de glace au chocolat et de chantilly et de bière deux fois par jour. Si comme moi des fois tu ne veux pas sacrifier ton jouli ticheurt neuf. Alors comme moi, des fois, tu mets des vêtements jolis mais un peu plus décontractés. Comme un pantacourt retroussé et un débardeur simple. Classique, pour travailler. Bref.

Association casque Taz / pantacourt retroussé = copine à René.

Ce qui, vous en conviendrez, ne correspond pas du tout à la jeune fille distinguée que je suis.

Exemple toujours : Si comme moi des fois tout le temps tu as envie de te bichonnouiller, de t'oindre de senteurs délicates et parfumées, de te maquiller avec recherche et naturel pour être la plus belle pour aller danser travailler, de te tartiner de cette nouvelle crème qui fait une joulie peau de bébé, de mettre des habits de lumière...Pourquoi pas mettre autre chose que ces chaussures patates, tu t'es fait avoir une fois avec ce casque à la c*n on ne t'y reprendra plus. Ce soir tu veux que ça ressemble à une erreur, tu veux que ça donne quelque chose comme "je le porte, mais avec distinction, il est moche, certes, mais il n'est pas à moi". Ce soir est ton soir. Enfin, ENFIN, ce casque ridicule sera dompté. Tu es plus bonne que la plus bonne de tes copines, tu te saisis du casque, la fierté filtre chacun des pores de ta peau crémée, tu t'apprêtes à surmonter une dernière fois le trajet. Mais...

Association casque Taz / tenue distinguée = bourgeoise qui, avec René, sur une mobylette vient de s'encanailler.

Ce qui, vous en conviendrez, ne correspond pas du tout à l'effet recherché.



Dites donc, c'était mon premier billet mode! Comment on finit un billet mode?

Non, pas de photo, ça va faire peur à tout le monde.

Publié dans blabla de fille

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marie! 04/08/2008 16:48

Ptain Vanessa je te jure j'y arrive pas. Pourtant moi je veux grave être une blogueuse môode, je fais des essais et je m'entraîne, mais je galère avec la position Pieds vers l'intérieur EN MÊME TEMPS que genoux rentrés. C'est hyper dûr. Pis j'ai plus assez de cheveux pour l'effet "hairflip flouté" qui a l'air d'être une figure récurrente. Je bosse ça encore un peu et promis ça va pumper sur ce blog, moi jte l'dis.

(Ton commentaire a fait augmenter en UNE SEULE NUIT mon blogrank de 4 points didonc, t'es vraiment hypra influente en fait.)

Vanessa est obéissante 03/08/2008 18:28

Je t'ai expliqué pourtant Marie : pieds rentrés, photo devant le miroir, tête coupée.

CA c'est de la photo de blogueuse mode!

Tu es allé jump up en disco night club samedi maintenant tu devrais être hypra fashion BARDEL!