révolution

Publié le par marie!

J'ai re-vendu mon âme au diable. Doublement.

Je me suis inscrite dans une salle de sport ET je vais à la piscine, jeunes gens. Les deux, dans la même journée. A plusieurs reprises dans une même semaine.

Voilà donc un des avantages de mon école proutiprout-cul-serré, une carte de sport illimitée pour 30 euros par an. Rien, autant le dire.
Je suis donc entrée une nouvelle fois dans l'antre de la mort (décalthon) pour acheter ces machins horribles de couleurs criardes à moins de dix euros (je crois que ça s'appelle des baskets)(bref, on s'en fiche, c'est môôôche), et je suis allée en enfer (le centre sportif).

Mais ensuite, j'ai ravalé ma mauvaise langue. 

C'était pas la mort, c'était rigolo. Et fort bien fourni, ma fois. Je dispose à volonté de deux piscines, une salle de fitness, une salle avec les machines de torture où qu'on choisit NOUS-MEME de rajouter des poids en plus pour que se soit ENCORE plus douloureux (mais où va le monde), des cours de pilates / de stwetchinn' / d'abdo-fessiers comme Véronique et Davina, et un sauna.

C'était donc rigolo! Je me sentais comme une enfant à qui les parents montrent (fourbement) des activités à forte dépense énergétique pour s'assurer qu'ils dormiront bien le soir. Je ne me rendais pas compte que ça pouvait  changer des choses dans mon corps mou, non, je sautillais d'une machine à l'autre.

*oooh, mais c'est riiigooooloooo*

(En prenant tout de même soin de ne pas m'approcher trop près des tapis de course, je suis pas FOLLE non plus, hein)
La magie à bien duré 4 séances, tout de même. C'est parce qu'il y avait beaucoup de machines différentes. J'étais là, sur le vélo qui fait *bip-biiiip* juste avant de cruellement augmenter la résistance, les yeux dans la piscine en contre-bas, à me dire "ça fait mal, mais c'est rigolo, ça fait mal, mais c'est rigolo, ça fait mal, mais c'est rigolo". Après les 10 premières minutes, je me disais "encore dix et je vais dans l'eau, encore dix et je vais dans l'eau, encore...". Je m'auto-arnaquais, en quelques sortes.

Le pire c'est que ça fonctionne. Je suis même naïve envers moi-même.

Je torture donc mon corps, qui n'y comprend plus rien le pauvre, deux à trois fois par semaine. Après, on fait la paix quand je l'emmène dans le sauna, et sous la douche, de là où on voit les palmiers avec des oiseaux tout verts dedans. Ah oui, mais sous la douche, on a du mal à discuter tous les deux, parce qu'on est pas seuls. Tout autour, et c'est comme ça dans tout le vestiaire d'ailleurs, il y a des gens. Tous tout nus.

*Bonjoooouuur* 


*ahem*


C'est à dire que voyez-vous, dans mon pays, en France, y'a comme qui dirait des cabinettes. Des où tu te mets dedans pour te changer, et que ça évite que quand tu veux ranger tes affaires dans ton casier, tu doives passer sous la poitrine de cette gentille grand-mère. Où au-dessus des fesses de la maman, là, avec son gamin. Que ça t'évite de pouvoir constater par A+B que la fille, là, elle avait un tanga pour bronzer cet été.

Ah ben c'est convivial, hein.

Je m'y ferai, je m'y ferai, après tout je suis wannabe Exotienne, faut s'adapter. Vous allez voir que quand je vais rentrer, je vais être une de ces personnes qui font tout le temps des câlins à tout le monde (non, quand même pas en fait).


Publié dans marie va en Exotie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article